leprintempsdesconsciences

Des Français Libres contre l'invasion du gender

11 février 2014

L’avis de Boris Cyrulnik sur le Gender

Classé dans : L'avis des psychiatres,Le gender — leprintempsdesconsciences @ 13 h 00 min

Le mot de la fin appartient au fameux psychiatre et éthologue Boris Cyrulnik.
Interrogé hier par « Le Point » sur son dernier livre, l’entretien se conclut ainsi :

Q ?/ Pourquoi n’avoir rien dit dans cette querelle autour de la théorie du genre ?
R/ Je pense que le « genre » est une idéologie. Cette haine de la différence est celle des pervers, qui ne la supportent pas.

Freud disait que le pervers est celui qu’indisposait l’absence de pénis chez sa mère. On y est !

Le salon beige, un blog libre et audacieux

Classé dans : L'avis des blogs,Resistance — leprintempsdesconsciences @ 8 h 22 min

Je rends hommage ici au blog le salon beige tenu par michel Janva , qui est à la pointe du combat anthropologique qui se joue en ce moment en France. Aujourd’hui , le salon beige vient de rendre un hommage indirect à notre modeste blog en reprenant le printemps des consciences qui se développe en France et qui permettra le sursaut salvateur.
À propos des parents qui se lèvent pour aller dans les bibliothèques municipales demander le retrait de toute propagande homosexuelle auprès de nos enfants et qui fait pousser des cris d’orfraie à la sinistre de l’inculture. Nous devons absolument protéger nos enfants des perversions de ces ministres et lobbys dépravés.
Merci Michel et toute l’équipe du salon beige.

Voici l’extrait :

Le Salon Beige fait trembler le ministre Filippetti

La campagne lancée par votre blog contre la mise à disposition intempestive d’ouvrages inspirés de l’idéologie du gender dans les bibliothèques municipales -ce qui permet notamment d’enrichir aux frais du contribuable les artisans de cette propagande- crée des remous.

Ce matin c’est Europe 1 qui a sorti le sujet, indiquant que cela dure « depuis plusieurs semaines », alors que le premier post ne date que du 4 février. Celui-ci a en effet mis le feu aux poudres, montrant que même une ville comme Versailles n’est pas protégée des idéologues, et ensuite de très nombreux parents ont cherché à savoir ce qui se passe dans leur ville. Libération a embrayé sur le sujet, rappelant que Le Salon beige recommande le guide d’Anne-Laure Blanc, Une Bibliothèque idéale. Même M6 a parlé de votre blog ce soir dans son journal (vers 12mn45).

Vincent Peillon a demandé à ce qu’on laisse les enfants tranquilles. Mais c’est bien ce que l’on demande !

Ce soir c’est Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, qui se fend d’un communiqué condamnant les pressions exercées par des extrémistes (sic) sur les bibliothèques publiques :

« Près d’une trentaine de bibliothèques publiques ont fait l’objet, ces derniers jours, de pressions croissantes de la part de groupuscules fédérés sur internet par des mouvements extrémistes [sic] qui en appellent désormais à la lutte contre ce qu’ils appellent les « bibliothèques idéologiques ».

Ils se rendent dans les bibliothèques de lecture publique, exercent des pressions sur les personnels, les somment de se justifier sur leur politique d’acquisition, fouillent dans les rayonnages avec une obsession particulière pour les sections jeunesse, et exigent le retrait de la consultation de tout ouvrage ne correspondant pas à la morale qu’ils prétendent incarner.

Il est temps d’en appeler à Voltaire, à l’esprit des Lumières, pour dénoncer ces atteintes scandaleuses à la démocratie et à la liberté dans notre pays. La lecture est l’un des meilleurs outils de lutte contre les fanatismes, contre l’intolérance.

La France ne tolère pas les tentatives de censure de ces lieux-phares de la République que sont les bibliothèques, berceau de la connaissance et du savoir, ni les attaques contre leurs professionnels irréprochables, dont les règles d’éthique professionnelle sont d’ailleurs inscrites dans le Manifeste de l’UNESCO sur la bibliothèque publique.

Je réaffirme mon soutien le plus absolu au personnel des bibliothèques et aux élus locaux qui doivent faire face à ces agressions. »

C’est plus simple que de dénoncer l’attaque d’une librairie parisienne par ses amis « antifas »…

A propos de bibliothèques idéologiques, proposant dans ses rayons destinés à la jeunesse des ouvrages inspirés du gender (la bibliothèque du Chesnay a placé les ouvrages non plus directement à portée des enfants, mais sur une étagère au niveau des parents), des lecteurs me signalent aujourd’hui celles de La Roche sur Yon, Limours (91), Francheville, St Leu La Forêt, Alès…

C’est le printemps des consciences : les parents ayant la primauté dans l’éducation de leurs enfants reprennent l’initiative et demandent des comptes à leurs élus. A un mois des élections municipales, cela paie.

Michel Janva
Posté le 10 février 2014 à 21h39 | Lien permanent | Commentaires (29)

7 février 2014

Dissidents de toutes tendances, unissez-vous !

Classé dans : Actions,L'avis des citoyens,La dialéctique,La dissidence,Le réveil des consciences,Politique — leprintempsdesconsciences @ 8 h 41 min

Je me peux m’empêcher de vous inviter à lire ce billet de Jean Yves Le Gallou.

Ce qu’il dit est capital : il ne faut surtout pas se diviser entre nous. Tous ceux qui combattent l’idéologie mondialiste qui vise à nous asservir ont raison et chaque militant, chaque résistant est utile. Chacun avec son charisme, ses compétences et son mode d’action.
Comprendre ce message nous permettra d’éviter toute division entre résistants, division voulue et cherchée par le système qui veut nous étouffer. Dr Pascal Trotta

Voici le message de Jean Yves Le Gallou

« La diabolisation est l’arme absolue des chiens de garde du système mondial dominant. Tout ce qui n’est pas politiquement correct est média-diabolisé.

Contrairement à ce que le système cherche à faire croire ce n’est pas le fait de commettre des erreurs ou des maladresses qui conduit un homme à s’exposer à la diabolisation : c’est le courage et la lucidité.

Jean yves le gallou

Jean yves le gallou

C’est le courage et la lucidité (et non la maladresse) qui exposent à la diabolisation

Or, par une singulière perversion de l’esprit public, c’est la victime d’une campagne de diabolisation que l’opinion traite en coupable.

Quand, en 1966, De Gaulle fait sortir la France de l’OTAN, « l’ingrat », « l’irresponsable » est diabolisé. Il l’est à nouveau en 1967 lorsqu’il refuse de soutenir Israël dans la Guerre des Six Jours : une diabolisation que l’ancien chef de la France Libre paiera au prix fort en 1968 et 1969.

Quand, en1968, Enoch Powell, espoir du parti conservateur britannique issu de Cambridge, dénonce dans un discours brillant les dangers de l’immigration, il ne « dérape » pas, il est lucide. Une lucidité qui ruinera ses ambitions légitimes.

Lorsque Benoît XVI prononce un grand discours à Ratisbonne, il remplit, en conscience, son magistère tout comme quand il ouvre les bras de Rome aux défenseurs de la tradition catholique. Mais c’est cela qui lui vaut l’attaque des « loups » médiatiques.

Quant aux mauvaises images de Christine Boutin et de Christian Vanneste, elles ne sont pas le produit d’ « erreurs de communication », comme des esprits irréfléchis pourraient le penser, mais de prises de position précoces, exposées et courageuses contre la dénaturation du mariage.

Et il faut être bien naïf pour croire que Jean-Marie Le Pen a dû sa diabolisation à ses déclarations sur le « détail » : son analyse lucide de l’immigration (1983), son engagement contre les guerres américaines (1990), ses critiques du Traité de Maastricht (1992) et du libre-échange mondialiste (1993) suffisent largement à expliquer son statut de paria médiatique. En politique, il n’est jamais bon d’avoir raison trop tôt !

La fonction de la diabolisation est simple, simplissime même : interdire les propos et les actions jugées politiquement incorrectes par les dominants.

La fonction de la diabolisation : paralyser, dénigrer, censurer, isoler, diviser

Comme une bombe à fragmentation la diabolisation agit de façon multiple pour :

– Paralyser celui qui en est victime dans l’espoir de lui interdire la répétition de propos politiquement incorrects pour protéger la bien pensance ;

– Dénigrer l’auteur de propos jugés mal sonnants pour en minimiser la portée ;

– Et légitimer l’occultation progressive du dissident et censurer l’expression de ses convictions.

Comme la peine de mort pour les criminels, la diabolisation a aussi une fonction de dissuasion ; de dissuasion de la dissidence dont elle souligne le coût exorbitant.

La diabolisation suivie du silence et de l’isolement débouche enfin sur la mise en quarantaine du dissident : c’est le fameux « cordon sanitaire ».

La diabolisation est aussi un élément clé de division des adversaires du régime : chaque opposant vivant dans la crainte d’être contaminé par le voisin.

Sortir du piège de la diabolisation : résister, contourner, jouer solidaire

Il faut sortir du piège de la diabolisation en adoptant une stratégie courageuse et intelligente.

D’abord, en résistant. En résistant à la tyrannie du politiquement correct et en refusant les logiques de la diabolisation. Bien se convaincre et bien convaincre – les exemples historiques sont nombreux – que c’est souvent le diabolisé qui est dans le vrai. En leur temps Jeanne d’Arc (« une sorcière »), Galilée (« un hérétique ») ou Soljenitsyne (« un houligan ») furent diabolisés.

Ensuite, en faisant face aux vents contraires : ne pas hésiter à avoir un préjugé pour le diabolisé contre les diabolisateurs, ces chiens de garde du système.

Enfin, en contournant les grands organes médiatiques de diabolisation par la pratique et la culture de la réinformation, le recours aux médias alternatifs sur Internet et les réseaux sociaux. Ce qui était impossible hier devient de plus en plus facile aujourd’hui : la preuve, le président Assad est en train d’échapper au sort de Milosevic et de Saddam Hussein.

Reste un point essentiel : apprendre aux dissidents à jouer solidaire, à se respecter les uns les autres. En tout cas à éviter de se tirer dans le dos. Ou de se balancer à la police de la pensée.

Jouer solidaire : ne pas accuser l’autre d’être « xénophobe », « homophobe », « ringard » ou « réac »

Chacun a ses préférences dans l’expression de ses convictions et ses méthodes d’action.

On peut privilégier la lutte contre l’immigration et la défense de l’identité nationale ou bien préférer l’engagement pour la souveraineté, le protectionnisme économique et la défense de la langue française, ou encore mettre au premier plan de sa militance le combat pour les valeurs, la défense de la vie et de la famille. À une condition, que nul n’accuse l’autre d’être « raciste », « xénophobe », « ringard », « réac » ou « homophobe ».

De même chacun est libre de choisir sa forme d’action : voter, réinformer, militer dans un parti politique, porter sa parole dans une assemblée, ou bien aller dans la rue pour manifester, conduire des actions symboliques, faire entendre aux ministres et aux oligarques ses convictions, ou bien entrer dans la résistance passive ou active. « Chaque Philoctète sait que sans son arc et ses flèches Troie ne sera pas conquise. »

Chaque action a sa légitimité. Chacun doit respecter l’action des autres, qu’il soit militant politique, veilleur, sentinelle debout, hommen ou activiste identitaire. En France, comme hier en Irlande ou en Inde, la résistance nationale et civilisationnelle est appelée à prendre des formes différentes et complémentaires.

Diaboliser le voisin, ce n’est pas se dédiaboliser, c’est renforcer sa propre diabolisation

Il faut se garder du piège de la division fondée sur le refus de comprendre et d’accepter ce que fait son voisin selon la logique suivante : celui qui en fait moins (ou qui agit autrement que moi) est un « lâche ». Celui qui en fait plus que moi (ou choisit des formes d’action plus spectaculaires) est un « extrémiste ». Penser cela c’est permettre au système de saucissonner ses opposants. Il ne faut pas entrer dans ce jeu.

Il est crucial de ne pas contribuer à la diabolisation des autres ou de ses voisins. Certains se croient malins en pensant qu’en contribuant à diaboliser autrui ils se dédiaboliseront à peu de frais. Quelle erreur ! Hurler avec les loups n’est pas seulement moralement minable c’est surtout stupide car cela contribue à renforcer la diabolisation en général et, par contagion, sa propre diabolisation. C’est aussi permettre à l’adversaire d’appliquer la technique du salami : couper et manger une tranche puis… passer à la suivante.

Il faut juger les autres sur ce qu’ils sont, sur ce qu’ils font, sur ce qu’ils disent, non sur la caricature qu’en donnent leurs adversaires. Appliquons la présomption d’innocence, ne participons pas au lynchage des diabolisés sur des on-dit.

Les dissidents de l’identité nationale et civilisationnelle n’ont qu’un seul adversaire : les tenants du politiquement correct et de l’idéologie unique qui veulent abolir toutes les frontières, frontières physiques des nations et des peuples, frontières morales que sont les traditions.

Bref, il faut jouer solidaire ! Dissidents de toute tendance, unissez-vous ! »

> Jean-Yves Le Gallou est le président-fondateur de la Fondation Polémia.

La fondation Polémia

6 février 2014

Le billet du philosophe (manif du 2 février)

Classé dans : Actions,la rubrique du philosophe,Le réveil des consciences,Manifestations — leprintempsdesconsciences @ 8 h 39 min

imageBillet philosophique n° 7 :
Le silence grave de La Manif Pour Tous !
« Vous entrez dans la zone de silence pour dénoncer le mépris du gouvernement à l’égard des enfants et des familles. » Inscrite sur une banderole située à la fin du premier tiers du parcours de la manifestation de ce dimanche 2 février à Paris, cette invitation fut suivie à la lettre par la plupart des participants qui parcoururent plus de 500 mètres sans sono, sans slogan, sans sifflet, sans cri et souvent sans aucun échange ou bavardage. De quoi stupéfier les CRS en faction censés maîtriser une foule dangereuse et excitée ! Ces CRS passèrent donc un dimanche après-midi calme et silencieux sous un beau soleil d’hiver, regardant défiler des centaines de milliers de manifestants silencieux et graves. Historique dans la carrière d’un militaire !
En effet, la Manif pour Tous de ce 2 février 2014 à Paris ne ressemblait pas aux deux précédentes. Moins bruyante (peu de sono), moins jeune (combien d’étudiants révisaient leurs partiels ?), moins joyeuse malgré la bonne humeur des familles nombreuses, plus grave et comme plus mûre, plus lente du fait de la présence de nombreux anciens… L’âge moyen des manifestants semblait plus proche de 50 ans que de 30 ans. Nous n’avions pas le cœur à festoyer dans une ambiance « bisounours » ! Les manifestants étaient graves, conscients des dangers qui menacent les enfants et la famille, et profondément blessés par le mépris manifesté par la plupart des politiques depuis presque un an ! Cela se sentait ! La coupe est pleine et les élections prochaines sont attendues avec une certaine impatience. Puisqu’on nous a bâillonnés, puisqu’on s’est moqué de nous, que certains ont subi des gardes à vue injustifiées, des intimidations et des coups de la part de forces de « l’ordre », nous ruminons intérieurement les meilleures modalités électorales et citoyennes pour que cesse la familiphobie du gouvernement et du président de la République. Il faut dire que nombreux parmi nous ont été Veilleurs ou Sentinelles ou Hommens ; que nous avons participé à des accueils ministériels dans nos villes ; que nous avons tracté au sujet de la théorie du Genre ou participé à des conférences, que nous avons informé notre voisinage des dangers de la politique familiale actuelle !

La France profonde se réveille et considère que la situation est très grave face aux mensonges répétés et éhontés de nos gouvernants. Ce silence est le signe d’une prise de conscience.

Dans toute cette affaire nationale, celui qui est le centre de gravité de la France ce n’est ni le président de la république, ni son premier ministre, mais bien l’Enfant, chaque enfant, tous les enfants ! Ceux d’aujourd’hui, ceux de demain, mais aussi ceux qui ne verront jamais le jour ! Que peut faire l’enfant face à la culture de mort qu’instaure la plupart de nos politiques de gauche comme de droite ! Rien ! Rien sans le réveil de nos consciences adultes, sans notre prise de conscience de la gravité anthropologique des lois absurdes, rien sans un véritable Printemps des consciences ! Si un arbre qui tombe fait plus de bruit que mille arbres qui poussent, les centaines de milliers de manifestants silencieux et graves ont plus d’impact qu’un ministre de l’Education nationale qui s’époumone dans les médias à justifier l’injustifiable ! Ce lundi nous en percevons un début de preuve ! Pourvu que cela dure. De toute façon, On Ne Lâche Rien ! Jean Biesbrouk

3 février 2014

Merci Marguerite Peeters

Classé dans : Non classé — leprintempsdesconsciences @ 23 h 51 min

le-gender-une-norme-mondiale-pour-un-discernement_article_largeJe remercie ici du fond du coeur Marguerite Peeters, femme extraordinaire, aussi douce que courageuse et qui m’a ouvert les yeux il y à 3 ans à l’université de Navarre à Pampelune lors d’un congrès prémonitoire sur le gender auquel j’ai eu la chance d’assister et de me former.

Elle a étudié en tant que journaliste la diffusion du gender pendant plus de 10 ans au sein de l’ONU et y a vu l’activisme effréné des agents sociaux de cette révolution sociétale qui vise à remplacer la lutte des classes par la lutte des sexes.

Vous pouvez l’écouter ici http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=wqrtT2oOn90 ou aller sur son site

Nhésitez pas à soutenir financièrement son site en achetant ses livres et à diffuser ces infos de premier ordre.

Merci Marguerite

Dr Pascal trotta

Non le gender n’est pas une rumeur

Classé dans : Actions,Le gender,Le réveil des consciences,manipulation — leprintempsdesconsciences @ 23 h 03 min

Non le gender n’est pas une rumeur.

Les ministres qui ne font que mentir nous disent que la théorie du genre n’est pas enseignée à nos enfants. Or ils mentent puisque la théorie du genre est toujours enseignée à nos enfants sous le vocable trompeur et mensonger de l’ABC de l’égalité.   Ne nous laissons pas abuser par ces professionnels du mensonge et de la manipulation.

Voici une petite vidéo courte et concise à diffuser pour alerter le plus de parents possibles et les mobiliser à la résistance contre ces mensonges et la manipulation de nos enfants.

2 février 2014

Ces ministres qui ne font que mentir

Classé dans : Non classé — leprintempsdesconsciences @ 22 h 40 min

Taubira et Belkacem avait juré sur leur coeur qu’ils ne toucheraient pas à l’Etat civil en instaurant leur très controversée mariage pour tous.

Voilà l’info donnée ce jour par une lectrice .

« On avait essayé de nous rassurer en nous promettant qu’on ne toucherait pas aux formules administratives d’état civil, eh bien ça y est!

Sur le formulaire de dossier de bourse de ma fille, en Prépa, j’y ai eu droit: « Parent 1″ « Parent 2″!
Après avoir vu la mention « nom de jeune fille » (pas encore changé, ça?), j’ai compris que le parent 2, c’était moi!

J’ai biffé et rectifié les mentions en remplissant le dossier, et invite tous les parents à le faire ! »

Bref Ils mentent et on résiste jusqu’à faire triompher la vérité;

Hauts les coeurs

Dr Trotta

30 janvier 2014

Ce que pensent de plus en plus de militaires français

Classé dans : L'avis des militaires,Manipulation des masses,police politique,vos avis — leprintempsdesconsciences @ 10 h 43 min

De plus en plus de militaires sont exaspérés par la dictature qui s’impose sournoisement aux français sous couvert de démocratie , de république, de maintien de l’ordre….et de mensonges.

Voici ce que dit récemment un ancien des forces spéciales.

Ce n’est pas de la langue de bois et cela nous fait du bien d’entendre des gens compétents et sensés dire ce qu’ils pensent de l’évolution catastrophique de notre pays , vendu et bradé sur l’autel du nouvel ordre mondial.

« Je ne signerai pas. Les gendarmes peuvent en effet crever… surtout leurs généraux qui, tels les directeurs Mignaux et Favier (à qui j’ai eu l’occasion de dire ce que j’en pensais), font gazer nos enfants, matraquer des jeunes filles, interpeller des ados pour « délit » de port de t-shirt, bousculer des grand-mères, placer le moindre Veilleur en garde-à-vue, etc… On est en Corée du Nord (ou dans l’URSS du bon vieux temps), comme en témoigne l’inénarrable justification du capitaine de gendarmerie Caillon, relayée sans vergogne par « Le Casoar » (cf. PJ) ? Au Vél’d'Hiv aussi, l’ordre et la légalité était de leur côté ! Bref, qu’ils la ferment, parce qu’ils commencent sérieusement à nous gonfler et qu’ils auront tôt ou tard… des comptes à rendre ! »

28 janvier 2014

Les rafles de retour en France.

Classé dans : L'avis des journalistes,Le réveil des consciences,Manifestations,police politique — leprintempsdesconsciences @ 8 h 55 min

Voici l’avis d’un journaliste qui, ayant oublié sa carte de presse à été raflé avec 200 autres manifestants dimanche soir à Paris à l’issue de la manifestation pacifique du jour de colère.

Dans la cour enceinte de barbelés de la caserne, un franc-comtois très calme se rappelle ses escapades en Allemagne de l’est pour son travail. « C’est comme en RDA ici ». Piégé sur la place Vauban, l’homme a raté son TGV du soir et ne sait comment il paiera celui du lendemain. Chez les CRS, les heures de surveillance commencent à délier les langues. L’un affirme malicieusement qu’il faut « brûler des voitures et faire des émeutes pour se faire respecter », un autre s’indigne : « Quand on voit ce qu’on nous demande de faire ici et tout le ramdam qu’on fait sur l’Ukraine… C’est n’importe quoi ! ». Un troisième, qui en a vu d’autres dans sa carrière, ne supporte plus d’enfermer des gens pacifiques. Plus loin, prêt à dégainer la matraque au moindre débordement, un « Robocop » affirme que « les manifestations ne servent à rien, c’est le système qui veut ça… ».

L’article complet avec photos : très instructif .
Cela se passe en France en 2014……

24 janvier 2014

Qu’est-ce en Vérité la franc-maçonnerie ? L’avis d’un moine

Classé dans : Franc maconnerie,L'avis des moines,manipulation,Manipulation des masses — leprintempsdesconsciences @ 15 h 51 min

La haine du démon.  Un moine1

Présentation : Dans nos sociétés éprises de rationalité, l’action démoniaque est minimisée et surtout mal comprise. Car son moteur est un sentiment : la haine. Cette haine rejaillit sur ceux qui rendent un culte au démon ou recourent simplement à son aide pour assouvir leur volonté propre. L’ennemi du genre humain se présente d’abord en ami ; c’est pourquoi il faut plusieurs initiations successives pour que les Francs-maçons en arrivent à accepter la pleine lumière : l’identité entre le « Grand Architecte » qu’ils vénèrent et le Prince de ce monde.

Alors il ne leur est plus possible de reculer ! C’est pourquoi la récitation du Pater est notre sauvegarde, pour nous chrétiens, donnée par le Rédempteur : l’appel à faire la Volonté du Père, Père commun de tous les hommes, est le meilleur antidote à la haine.

La haine du démon
« Votre adversaire, le diable, comme un lion rugissant, rôde, cherchant qui dévorer. »

Le démon rôde comme un lion rugissant. « Toute son épouvantable énergie est dirigée, sans cesse, avec le plus inlassable acharnement, contre l’oeuvre de salut et de restauration [de Jésus-Christ]. »2.  Par rapport à la haine du démon, celle d’un monstre comme Staline, ou Hitler, est comme un petit briquet à côté d’un énorme chalumeau, toujours allumé. Cette haine est dirigée tout d’abord contre Dieu. Elle cherche à Le priver de Ses enfants. Pour l’éternité. En nous entraînant en enfer. Cette haine veut que tout être humain soit un enfant rebelle, désobéissant, hostile à son Père du Ciel, sinon méprisant pour l’idée même d’un Dieu, d’un Père céleste qui nous aime et qui veut nous sauver des peines de l’enfer, et nous donner le bonheur incomparable de la vie éternelle au Ciel avec Lui.

Cette rébellion, cette désobéissance, cette hostilité, ce mépris, le démon ne vit que pour les répandre partout dans le monde, parce qu’il hait suprêmement le Bon Dieu.

Trouve-t-il quelque chose qui s’y oppose ? Oui, il trouve l’œuvre de salut, l’œuvre de Jésus-Christ, la sainte Église du Bon Pasteur. Il n’y a aucune âme en enfer qui n’aurait pas été sauvée par une bonne confession.

Le diable veut donc que chaque être humain soit le plus possible éloigné du Bon Pasteur, qui seul peut nous amener à notre Père du Ciel. Le démon veut que le plus grand nombre possible d’hommes soient des brebis perdues, hors de l’Église, et adonnés aux fausses religions. Peu importe lesquelles, encore que le démon préfère la religion où lui-même est adoré. Non seulement il la préfère par orgueil, mais aussi parce qu’en le servant, ses adorateurs s’enfoncent dans le mal et dans leur rejet du Bon Dieu.

En le servant ? Mais oui, on doit obéir à un dieu. Sinon, l’adoration qu’on lui offre est bien creuse. L’abbé René Laurentin écrit que, de nos jours, « Au Gabon (…) pour conquérir le pouvoir, des parents (…) sacrifient leurs enfants à Satan (…). Il est bien d’autres pays où des hommes politiques recourent discrètement à la magie, en Afrique et ailleurs ».3 Le démon cherche donc à répandre une corruption morale universelle, et à rendre l’Église aussi inefficace que possible.

La Franc-maçonnerie

Chose étrange, ce sont aussi les buts de la Franc-maçonnerie. Une bonne étude récente sur cette secte conclut que celle-ci cherche à « décatholiciser le monde [et à] mettre sur pied une société nouvelle, basée sur des principes contraires [aux dix commandements], et ouverte à l’occultisme ».4 L’occultisme désigne ici les sectes ésotériques, le spiritisme, la magie et le satanisme. Ces choses sont maintenant popularisées, presque banalisées, par la musique satanique, par des livres pour enfants, et par le Nouvel Âge, entre autres.

La Franc-maçonnerie fait donc le travail du démon, et si elle veut que la société soit ouverte au satanisme, elle doit déjà elle-même y être ouverte. Si elle y est ouverte, le démon ne sera que trop content de l’embaucher dans son oeuvre de corruption ? Et si ce n’était déjà lui qui déjà inspirait la Franc-maçonnerie dès le début, d’une façon ou d’une autre, ce qui est au moins probable, vu l’identité de leurs buts ?

Une connaissance élémentaire de la Franc-maçonnerie nous aidera à déjouer la malice et les embûches du démon. La Franc-maçonnerie est organisée en société secrète. Elle s’applique à décatholiciser et à corrompre la société par deux moyens : par l’infiltration, et par l’influence sur l’opinion publique.

Par infiltration : des Francs-maçons s’introduisent ou recrutent dans toutes les institutions et milieux qui peuvent leur être utiles pour corrompre la société ou pour attaquer l’Église. Par exemple, des institutions politiques, commerciales, financières, militaires, médicales, scolaires, médiatiques, culturelles, révolutionnaires et religieuses. Ce n’est pas si difficile. « Un milieu quelconque devient manœuvrable à merci, du moment que des meneurs, perdus dans la masse, ont concerté secrètement la diffusion d’une idéologie et la prise du pouvoir. »5 . Bien évidemment, ce ne sont pas les meneurs qui sont contrôlés par la masse, c’est celle-ci qui est dominée par leur manipulation. Et quand le démon intervient dans les affaires d’un milieu maçonnique, ce ne sont pas les petits briquets qui donnent des ordres au chalumeau.

Pour manipuler l’opinion publique, la Franc-maçonnerie se sert non seulement des médias, mais aussi de chaque Franc-maçon. Il apprend les techniques les plus efficaces pour faire passer la propagande de la loge, en les subissant lui-même. Il va essayer de transformer son entourage dans la société en loge maçonnique informelle, et de transmettre à ses amis et à ses collègues les attitudes et les idées maçonniques, à leur insu.

À mesure que cette activité se répand, le monde se transforme en une énorme loge maçonnique informelle, à commencer par le monde médiatique.

Si les actions de quelqu’un contribuent à décatholiciser le monde, ou à organiser une société ouverte à l’occultisme et opposée aux dix commandements – par exemple en promouvant l’avortement – cette personne n’est pas nécessairement un adepte du démon ou de la Franc-maçonnerie ; mais elle fait leur travail.

Et nous, nous devons agir en sens contraire. Parce que nous devons aider à faire le travail des saints, des saints parmi nous ici-bas, et les saints ont « la jalousie de Dieu, ne supportant pas que l’amour et l’honneur dus au Seigneur ne Lui soient pas rendus ou soient accordés à d’autres qu’à Lui. »6

La continuité

Ce serait évidemment une erreur de penser que tous les braves Francs-maçons soient, en réalité, tous et chacun des satanistes. Ce sont plutôt leurs « idiots utiles », selon l’expression communiste. Mais alors, où est la continuité entre ces braves pions, et les serviteurs attitrés du démon ? Eh bien, tout comme les Francs-maçons s’infiltrent dans des institutions pour les manipuler, eux-mêmes sont infiltrés et manipulés par d’autres sociétés encore plus secrètes. Lesquelles sont infiltrées et manipulées à leur tour, et ainsi de suite.

Nous le savons par les témoignages d’anciens adeptes, et par la découverte de documents confidentiels de ces sociétés, ceux, par exemple, des martinistes, des illuminati, des synarchistes et des carbonari. C’est ainsi que, d’habitude, les Francs-maçons des grades inférieurs n’ont aucune idée des fins pour lesquelles ils sont manipulés par le niveau le plus secret de ce réseau diabolique.

Mais un Franc-maçon considéré comme fiable et utile, sera initié, s’il l’accepte, dans une de ces sociétés supérieures. Par exemple, à son entrée dans la Franc-maçonnerie, on aura expliqué à une personne nominalement chrétienne7 que l’expression « Grand Architecte de l’Univers » est le nom maçonnique de Dieu. Pour un Franc-maçon athée, ce mystérieux Architecte ne sera que la personnification de l’humanité. Plus tard, si leurs supérieurs pensent que ces apprentis sont sûrs et capables de rendre service, ils les initieront à des croyances gnostiques, selon lesquelles l’univers est en train de se diviniser. On leur dira que les explications qui leur étaient données jusqu’ici étaient plutôt symboliques, mais qu’ils sont maintenant dignes de savoir qu’en réalité il n’y a pas de Dieu créateur (c’est déjà ce que pense l’athée), et que le Grand Architecte est le principe qui est en train de rendre le monde divin.

Plus tard, si on les croit toujours fiables et utiles, ils seront initiés à la doctrine secrète selon laquelle ce principedu monde est en réalité le prince de ce monde, c’est-à-dire une personne, le démon. Peu à peu ces initiés, qu’ils le veuillent consciemment ou non, se retrouvent aussi éloignés que possible de la religion qui nous unit au Bon Dieu. Plus ou moins « idiots utiles » avant cette ultime initiation, les voilà maintenant invités à servir le démon sciemment. Malheur à eux s’ils refusent !

Actuellement, l’entreprise de corruption universelle agit d’une façon relativement douce. Nous ne subissons plus les révolutions sanglantes du vingtième siècle, comme en Russie, peut-être parce qu’elles ne sont plus nécessaires. Tantôt plus, tantôt moins, les révolutionnaires en col blanc détiennent déjà le pouvoir.

Ils peuvent travailler assez tranquillement, et la corruption morale de la société progresse à petits pas, en toute légalité, non par la violence et la terreur, mais par une libération grisante, par la libération des commandements de Dieu.

Imaginez un médecin qui « pourrait artificiellement rendre malade quelqu’un pour l’avoir comme patient perpétuel, mais sans le tuer ni le guérir. Ainsi est traitée la société par le démon : l’établissant de manièredurable dans le désordre mental, social, économique et culturel, sans excès qui puisse lui faire échapper sa victime. »8

Les limites

Mais il ne faut jamais oublier que le diable n’est pas un second dieu, comme l’enseignent certaines sectes : il ne peut faire que ce que notre Père du Ciel lui permet. De plus, beaucoup de choses lui échappent : les rivalités, les rébellions et les défections de ses serviteurs, « la complexité du réel où le meilleur et le pire, les méchants et les hommes de bonne volonté, se trouvent mêlés, enfin le rôle de la grâce qui, avec nos prières et notre action, arrive à déjouer les plans les mieux ajustés. »9

La connaissance de ce plan de corruption morale et d’agression contre l’Église et sa mission, nous aidera à déjouer la malice et les embûches du démon. « Résistez-lui, fermes dans la Foi – nous exhorte saint Pierre –Dieu vous fortifiera ». Ne supportons pas que l’amour et l’honneur dus au Seigneur ne Lui soient pas rendus ou soient accordés à d’autres qu’à Lui.

Prions souvent le Notre Père, la prière que Jésus nous a donnée précisément pour nous mettre dans la présence de notre Père du Ciel, pour nous faire penser à la sanctification de Son Nom, pour nous rappeler Son règne, Savolonté, Sa Providence, l’importance du pardon, la tentation à vaincre (si on ne peut pas l’éviter) et la délivrance du mal.

1Sermon donné pour le 3e dimanche après la Pentecôte, le 3 juillet 2011, par un moine bénédictin de l’abbaye Sainte-Madeleine du Barroux. Reproduction autorisée du Bulletin québécois UNAM SANCTAM, No. 4, Octobre-Décembre 2011

2 P. Denis FAHEY css., cité par Jean OUSSET, Pour qu’Il règne, DMM, 1986, p. 125.

3 R. LAURENTIN, Le démon, mythe ou réalité ?, Paris, Fayard 1995, p. 208.

4 Arnaud de LASSUS, Connaissance élémentaire de la Franc-maçonnerie (AFS, 5e édition, 2008), p. 181.

5 J.-M. JOURDAN, « Les deux progressismes », Permanences n° 25 (décembre 1965), p. 64.

6 Mgr THÉAS, cité par Jean OUSSET, op. cit , p. 523.

7 N’oublions pas qu’il est interdit aux catholiques d’être Francs-maçons, sous peine de péché mortel (CDF, 26 novembre, 1983).

8  »Le R.P.G.G. », « Le règne des Pharisiens : les pseudo-catholiques », Lecture et Tradition n° 389-90 (juillet-août 2009), p. 28.

9 Daniel Jacob, « Derrière les Franc-maçonneries de papa », Permanences n° 32 (août-septembre 1966), p. 29.

 

123456...14
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus