leprintempsdesconsciences

Des Français Libres contre l'invasion du gender

  • Accueil
  • > Archives pour février 2013

27 février 2013

La France fonce sur l’iceberg du mariage pour tous

Classé dans : Accueil,Actions,photos,photos et vidéos — leprintempsdesconsciences @ 17 h 14 min

 

l'iceberg du mariage pour tous

Le projet du mariage gay est l’ iceberg du gender sur lequel fonce la France, telle le Titanic.

Les guetteurs que nous sommes voient le danger réel et mortel de cet iceberg.Sa surface au dessus de l’eau représente le mariage gay appelé pour tous pour séduire.

Mais la surface principale de l’iceberg, qui comme chacun le sait est sous l’eau donc invisible aux passagers tranquilles du Titanic France, contient en elle tous les dangers qui vont faire couler le navire. Car c’est par là que le Titanic a été mortellement blessé.

Lisez bien ce qui est écrit dedans : c’est ce qui va venir avec le projet de loi est qui inscrit dans la masse de cet iceberg du gender et qui va nous auto-détruire.

Cette belle image est une collaboration du Dr pascal trotta pour le texte et de notre ami Etienne Bigot pour le graphisme (www.arkatza.fr)

 

La manifestation du 24 Mars à Paris:  1 million 400 000 Français sont descendus dans la rue pour s’opposer au changement de civilisation.

Et on dit qu’on est « une poignée d’individus » (Montebourg), « quelques serre-tête et jupes plissées » (JP Michel) ! Quel mépris. Quelle arrogance !

La France fonce sur l'iceberg du mariage pour tous dans Accueil img_4001

Faudra-il que le drapeau basque flotte sur L’Elysée pour que le président des Français comprenne ?

img_4006 gender dans Actions

 Le mur de la honte, le mur de la peur en face des champs Elysées interdits au peuple et autorisés aux Qataris.

Quand un gouvernement érige un mur entre lui et son peuple, la vocation du mur est de tomber et le gouvernement avec.

img_3366 iceberg dans photos

La Manif Pour Tous en haut du Piton de la Fournaise à l’île de la réunion, en vue de la grande manifestation du 24 Mars.  Réunionnais et Basques ensemble contre la loi Taubira.

 

img_3154 mariage pour tous dans photos et vidéos

Quand les Bayonnais manifestent sur la Nive pour dire devant leur marché : « on veut du saucisson pour tous, pas le mariage pour tous » !

 

img_2874

Ce que l’histoire n’ a pas réussi, Hollande et Taubira l’ont réussi : l’union des Basques et des Béarnais contre le changement de civilisation de la loi Taubira du gender.

Unis ils sont descendus dans les rues de Paris pour rappeler aux transgressistes déconnectés de la réalité et de la Nature, que l »a pomme descend du pommier et non du poirier  » !

Manif sur la Nive à Bayonne

Classé dans : vidéos — leprintempsdesconsciences @ 16 h 24 min

C’est quand même incroyable d’être obligé de descendre la Nive en bateau et d’aller clamer haut et fort que la pomme descend du pommier et non du poirier , bref qu’il faut un papa et une maman pour faire un enfant ! Vous auriez imaginer ça à un jour ?
On veut du saucisson pour tous, pas le mariage pour tous !

http://m.youtube.com/watch?v=Gq7z-Cx-bvw

26 février 2013

Il découvre qu’il est marié avec sa sœur

Classé dans : Etudes sur l'homosexualité — leprintempsdesconsciences @ 6 h 35 min

Quand on s’affranchit des limites posées par l’institution du mariage, voici à quelles aberrations cela peut mener. Avec à la clef des souffrances qui vont se multiplier sous prétexte de liberté et de non discrimination.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1520/Sexe-Relations/article/detail/1585530/2013/02/25/Il-decouvre-qu-il-est-marie-avec-sa-soeur.dhtml

23 février 2013

Billet philosophique nº 2

Classé dans : la rubrique du philosophe — leprintempsdesconsciences @ 20 h 16 min

Chers amis, je vous invite à lire ce deuxième billet de notre philosophe Jean qui pose avec acuité l’aggravation de l’endoctrinement à venir de tous les enfants si nous ne rèagissons pas. Voulons nous rester libres ?

L’éveil de la conscience et la révolution métaphysique (I)

Dans un « Avis à la population » pertinent, un trentenaire du Pays basque rappelle qu’actuellement « nous vivons une révolution sourde que peu de monde perçoit ». Ce qu’affirme aussi le philosophe Bertrand Vergely : « Derrière le projet du Mariage pour Tous, il y a une guerre métaphysique totale. Il y a des instances idéologiques qui ne veulent plus parler […] de la notion d’Être et de la Réalité. » Ce qui se passe au Parlement et dans certaines instances idéologiques se passera bientôt dans la tête et le cœur de nos enfants et petits enfants, car la sourde révolution antimétaphysique commence déjà dans nos écoles avec le soutien plus ou moins conscient d’enseignants, d’éducateurs et de parents ! En prendre conscience est déjà une petite révolution !
Car, si je comprends le projet de Vincent Peillon, ministre de l’éducation nationale, cette révolution idéologique et antimétaphysique se fera par le truchement de nos chers enfants. Comment cela ? En intervenant dans l’éveil-même de leur conscience ! Est-ce possible ? Oui, car le « fait primitif » de cet éveil de la conscience spontanée est la formulation de la parole. En effet, grâce au langage, l’enfant nomme des êtres dans leur singularité. Cette dénomination permet à son intelligence de distinguer les choses entre elles. Il peut ainsi les définir par sa parole en s’aidant de catégories, et celles-ci lui permettent d’opérer des distinctions, même si, au départ, ces catégories sont particulières et souvent arbitraires. Peu à peu l’enfant prend conscience que cet acte de nommer les êtres le rend comme « maître et possesseur » de l’objet nommé. Peut-être veut-il alors s’imposer à l’objet et considère-t-il que parler équivaut à agir sur le réel. D’autant que des dénominations successives lui permettent d’élaborer un discours dont le but est de rendre compte le mieux possible de la réalité qu’il estime objective. Parce qu’il a reçu par la médiation d’autrui les éléments de son discours, l’enfant accorde une foi totale, à la mesure de sa confiance en l’autre, à la coïncidence entre l’ordre de son discours et celui de la réalité. Ainsi c’est grâce au dialogue que l’enfant saisit progressivement la réalité et parvient à la comprendre. Le dialogue, manifestation de la pensée par la parole, émerge peu à peu au milieu d’une société de personnes. « Le dialogue implique toujours la certitude ou au moins l’espoir d’une rencontre par convergence et identification des jugements » (Paul Toinet, Philosophie de la vérité, p 19). Le dialogue vise finalement à établir entre les interlocuteurs une participation en acte par la pensée, comme une communion des intelligences. Cette participation est l’expérience indispensable au développement de la personne.
On voit combien le rôle de l’autre est majeur dans le développement spontané de la pensée enfantine. Mais qui est cet autre ? Bien sûr, ce sont, en droit, les parents, premiers éducateurs. Mais la concurrence idéologique et métaphysique peut se manifester très rapidement. Car qu’en sera-t-il de l’influence de la nourrice ou des grands-parents ? Quels jouets, quelles chansons, quelles émissions télévisées ou DVD vont « enchanter » le très jeune enfant ? Quels éducateurs à la crèche, quels enseignants à l’école maternelle puis primaire vont relayer ou enrayer le discours parental ? Ici, rien n’est neutre ! Education et enseignement sont nécessairement des vecteurs de valeurs. Quelles catégories sociales et scolaires structureront l’intelligence de l’enfant sans que les parents ne soient consultés ou ne donnent leur accord ? Grâce à l’histoire du Petit Nicolas, en éditorial, chacun peut imaginer la part d’idéologie et la part de réalisme que chaque enfant reçoit dans une totale confiance et ouverture à tout adulte qui l’accueille et s’occupe de lui, même au détriment des parents.
Faudra-t-il chaque soir un temps de « remise au point » parental ? Qui en sera capable et en aura le temps ? Et l’enfant acceptera-t-il de recevoir ainsi deux discours dont l’un sera idéologique et l’autre fondé sur la réalité et l’être profond de l’homme, transmis par les parents ? Les parents seront-ils vraiment libres de choisir une école qui restera anthropologiquement réaliste, loin du diktat idéologique ? Ou faudra-t-il fonder des écoles libres qui puissent former et éduquer les enfants en vérité ? L’enjeu est bien sociétal, mais il dépend de la conscience de chacun de nous. C’est pour cela aussi que nous devons manifester sans crainte notre exigence du seul réalisme acceptable, celui de la famille fondée sur un père et une mère.

Quand des journalistes appellent à un printemps français

Classé dans : journalistes libres — leprintempsdesconsciences @ 19 h 11 min

Faudra t-il un printemps Français ?
Lisez l’excellent article de ce journaliste anti langue de bois.
Charles Consigny exprime ici librement ce que pensent de plus en plus de Français .

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/charles-consigny/faudra-t-il-un-printemps-francais-22-02-2013-1630904_1449.php

22 février 2013

Un maire homosexuel contre le mariage gay

Classé dans : vos avis — leprintempsdesconsciences @ 22 h 41 min

Jean-Marc Veyron La Croix, maire de Chasselas :
son discours devant la préfecture de Saône-et-Loire le 2 février

Son discours du 2 février à Chalons-sur-Saône

 http://plunkett.hautetfort.com/archive/2013/02/05/un-maire-homosexuel-contre-le-mariage-gay.html

Le petit Nicolas

Classé dans : Humour — leprintempsdesconsciences @ 14 h 03 min

Le petit Nicolas et le gender

A l’école, la maîtresse était toute bizarre aujourd’hui. Elle nous attendait dans la classe en poussant des gros soupirs, alors que d’habitude elle est toute rigolote, et qu’elle pousse des gros soupirs que quand elle interroge Clotaire et que Clotaire est tout rouge.
Elle a dit : Bon !
Que comme M. Peillon, le ministre chargé de notre éducation, avait décidé de s’appuyer sur la jeunesse pour faire évoluer les mentalités, on allait faire un cours d’éducation sexuelle et que le premier qui rigole, il irait voir le Bouillon (le Bouillon c’est notre surveillant, c’est pas son vrai nom, il s’appelle M. Dubon, mais quand il vous gronde il vous dit : « Regardez-moi dans les yeux » et dans le bouillon, il y a des yeux ; ce sont les grands qui m’ont expliqué ça). Nous on n’avait pas du tout envie de rigoler parce que le Bouillon, c’est pas un rigolo.
La maîtresse nous a regardés et elle a dit que l’important dans la vie, c’était d’être tolérant. Nous on est drôlement tolérants alors on a tous fait oui et Agnan qui est le chouchou de la maîtresse, et qui se met toujours devant, il a dit qu’il était encore plus tolérant que tout le monde puisque de toute façon il est le premier de la classe partout sauf en sport. Eudes, il lui a dit : « Fais pas le malin, mon petit pote, sinon tu vas voir comment je suis tolérant ». Et là, je crois que la maîtresse elle a compris que ce serait pas facile aujourd’hui.
Elle est allée au tableau, elle a attendu qu’on se taise, et elle a demandé avec un air très sérieux :
« Bon… Alors… Si vous êtes une fille, levez la main ! » Toutes les filles ont levé la main, et aussi Clotaire, qui avait l’air embêté. Mais la maîtresse elle a dit comme ça : « Très bien Clotaire, c’est ton choix, si tu veux être une fille, c’est à toi de décider ». Là, Clotaire, il est devenu tout rouge et il a dit « Non, M’dame, c’est juste que je veux aller faire pipi ». « Bon, a dit la maîtresse, tu peux y aller ». « Vas pas chez les filles ! », a dit alors Eudes en rigolant. Mais la maîtresse a tapé sur son bureau et elle a dit que si Clotaire voulait aller dans les toilettes des filles, c’était son choix, et qu’il fallait pas rigoler avec ça. Et que c’était la théorie du genre, et qu’il fallait que chacun choisisse, et elle nous a fait écrire sur nos cahiers : « Chacun est libre de choisir son genre ».
> « N’empêche, a dit alors Rufus, moi j’ai un kiki, et je vais pas décider que je suis une fille. » La maîtresse a répondu que c’était de l’hétérosexisme, et qu’il fallait en finir avec l’hétérocratie, et que si ça continuait comme ça on finirait au bagne parce qu’on était tous homophobes. J’ai regardé Agnan, et j’ai vu que même lui il avait rien compris.
> Ça devenait vraiment compliqué et j’aurais presque préféré faire de l’arithmétique.
Elle a senti qu’on était un peu perdus, alors elle a essayé d’expliquer de manière pas pareille : « Vous avez un corps… c’est à vous de décider de… ». « Moi, j’ai un goûter, mais j’ai pas un corps !, il a dit Alceste. Mon corps, c’est moi ! » Faut que je vous dise, Alceste, c’est un copain, il aime bien manger, il mâche lentement un peu toute la journée, et ça lui donne sûrement le temps de bien réfléchir à la vie. Souvent quand il se bagarre, c’est moi qui lui tient ses croissants et après il m’en donne toujours un bout.
Bon, a dit la maîtresse, je continue. Nous on a trouvé ça bizarre, mais on a rien dit parce que des fois la maîtresse c’est comme si elle allait pleurer et nous on veut pas lui faire de peine. Elle s’est mise à faire un petit rond blanc sur le tableau tout noir en disant : « Ça, c’est un spermatozoïde ». Et elle m’a demandé d’expliquer ce que c’était. Ça tombait bien parce que Papa m’avait expliqué la semaine dernière le coup des petites graines que le papa donne à la maman… et après ça fait un bébé dans le ventre de la maman et paf !, le bébé sort. On lui fait des tas de câlins et on appelle Mêmé pour la prévenir qu’elle est encore grand-mère.
> « Merci Nicolas, a dit la maîtresse, je reprends la leçon. Bien sûr vous pensez tous qu’une famille c’est un papa, une maman et des enfants. Eh bien, il y a d’autres modèles, et ce serait drôlement rétrograde de pas l’accepter. Et si deux monsieurs s’aiment ou deux dames on voit pas ce qui les empêcherait de se marier et de faire ou d’adopter des bébés. »
« Ça tombe bien ! a dit Rufus. Moi j’aime bien Léanne et Chloé, alors je me marierai avec les deu x en même temps puisqu’on s’aime. » Léanne a dit qu’elle était pas d’a ccord du tout, et Chloé a dit que de toute façon elle épouserait son papa, et que puisque deux monsieurs qui s’aiment pouvaient se marier, elle pourrait bien se marier avec son papa, parce qu’elle aimait très fort son papa. « Oui, a dit Rufus, mais il est déjà marié avec ta maman ! »
La maîtresse a dit que c’était pas le sujet et elle s’est remise à taper sur sa table, juste quand on commençait à drôlement bien s’amuser. Et elle a continué à expliquer: avec la technique on peut faire tout ce qu’on veut et tout ce qu’on pourra faire on le fera. On peut faire des PMA ou des GPA, et d’ailleurs louer son ventre ou louer ses bras à l’usine, c’est du pareil au même.
> Et elle a expliqué qu’un monsieur peut donner une petite graine à deux dames, qui avec un docteur sauront bien se débrouiller pour faire un enfant. Ou bien deux monsieurs peuvent mélanger leurs petites graines et aller voir une dame pour qu’elle donne sa petite graine à elle, et on donne tout ça à une autre dame qui va faire le bébé dans son ventre et le revendre aux deux monsieurs.
>
> Moi, a dit Rufus, j’ai vu un reportage à la télé, et on pourra bientôt faire des clones ! Puisque je m’aime, j’ai droit à mon clone ! Mais Agnan a dit que ce serait mieux de le cloner lui, parce qu’il était le premier de la classe et que M. Peillon préférait sûrement qu’on le clone lui et pas Rufus.
Ils allaient commencer à se battre quand Geoffroy a rangé ses affaires et pris son sac. « Où vas-tu ? », a demandé la maîtresse. « Je m’en vais, a dit Geoffroy. Puisqu’on peut choisir son genre, ben moi, je vais aussi choisir mon espèce. Je suis un pingouin. Et comme les pingouins vont pas à l’école, je rentre chez moi. » J’ai regardé Geoffroy, et je me suis dit que c’était vrai, il avait un peu une tête de pingouin et qu’après tout, c’était son choix. Mais Geoffroy, lui, il a regardé la maîtresse et il a compris que pingouin ou pas, il valait mieux revenir à sa place.
On allait chahuter, mais on s’est arrêté parce qu’au fond de la classe Juliette pleurait. Juliette on l’entend jamais, elle dit jamais rien… Et Juliette elle a dit que si c’était comme ça, elle allait se jeter sous un pont… Parce que déjà c’était pas facile de grandir surtout quand on a des parents séparés, que si en plus on faisait des enfants sans papa ou sans maman, alors c’était pas juste, c’était simplement moche, et que si tout le monde a le droit de s’aimer il faudrait pas oublier non plus qu’un enfant, ça a besoin d’un papa et d’une maman, et que c’est peut-être ça d’abord l’égalité des droits, et qu’on pourrait donner autant de papas qu’on voudrait à un enfant ça lui ferait jamais une maman.
> Elle a dit tout ça d’un coup, et la maîtresse elle est restée longtemps la bouche ouverte et j’ai bien vu qu’elle avait très envie de pleurer. Mais elle a pas pleuré. Elle a pris Juliette dans ses bras, elle lui a fait un gros câlin comme Maman fait avec moi, en lui disant des choses gentilles dans l’oreille. Après, elle nous a regardés. Et puis d’un coup, comme ça, elle a essuyé le tableau en disant que zut, tout ça c’était des bêtises et qu’on allait pas se laisser faire, et que si M. Peillon voulait faire cours à sa place, qu’il essaie un peu, mais qu’en attendant on allait faire de la grammaire.

19 février 2013

Sondages

Classé dans : Sondages — leprintempsdesconsciences @ 19 h 09 min

61% des maires de France sont contre ce projet de pseudo mariage pour tous et demandent sa suspension.
http://www.mairespourlenfance.fr/sondage

Seulement 39 % des français favorables au mariage et à l’adoption plénière pour les couples de même sexe 
http://www.alliancevita.org/2013/02/mariage-pour-tous-sondage-ifop-pour-alliance-vita-la-baudruche-se-degonfle/

La forte mobilisation des français démontrée par l’envoi historique des 700 000 pétitions au CESE et ces récents sondages doivent renforcer notre détermination à nous faire entendre par le gouvernement.

Avis à la population

Classé dans : vos avis — leprintempsdesconsciences @ 9 h 26 min

Qu’en pensez-vous? Pour une éventuelle transmission…
 
 Voici l’avis récent d’un internaute. Je vous le transmets car il résume parfaitement les enjeux actuels.
 
« A tous ceux qui doutent ou somnolent,

dans quelques semaines, votre vie et celle de vos enfants ne sera plus jamais comme avant.

Nous vivons une révolution sourde que peu de monde aperçoit.

La question du mariage entre personnes homosexuelles mène la gauche au pouvoir à une révolution de fond sur les sujets du mariage, de la famille, de la filiation, de la vie et de l’éducation.

Que se passe-t-il exactement? Chaque jour et une partie de la nuit, les députés de gauche modifient le code civil (c’est-à-dire nos lois et leurs contenus) à une vitesse extraordinaire.

Leur majorité écrasante à l’Assemblée fait que toutes les modifications demandées sont votées à l’unanimité. Rien ne les freine, ni les avis réservés du Conseil Constitutionnel (1) qui a reçu l’ordre de ne pas les publier, ni même leur triche pour le comptage des votes (2) qui nous montre le goût amer qu’a notre démocratie.

A quelles lois touchent-ils? A toutes les lois qui parlent de la famille, de la filiation, et à celles qui mentionnent les termes de père et mère.

Pour en faire quoi? Pour y faire entrer le mariage entre personnes homosexuelles, l’adoption d’enfants par ces personnes et le droit à la procréation médicalement assistée; pour bouleverser la définition de la filiation et gérer toutes les conséquences liées; et, c’est presque un détail et en tous les cas une conséquence, pour rayer toutes les mentions de pères et de mère.

Quel impact dans nos vies? Enorme et sans limite.

Quelques exemples majeurs et mineurs parmi une infinité qui entrera dans nos vies dès cette année 2013:

-l’homosexualité rentrera dans le choix fondamental de vos enfants. C’est-à-dire qu’ils pourront s’essayer sexuellement dès le collège avec une garçon ou une fille indifféremment car cette possibilité sera sociale, légale, défendue et promue.

-le parc de laboratoires va se multiplier pour répondre aux demandes de gestations et de naissances en éprouvettes. Les enfants qui en sortiront seront amputés de leur père ou de leur mère biologique et ne sauront donc pas d’où ils proviennent biologiquement. De grands traumatismes psychologiques et sociaux naîtront de cette situation

-des femmes-porteuses apparaîtront partout en France pour gagner de l’argent, et des entreprises loueront des ventres de femmes pour y faire grandir des embryons implantés

-il y aura des enfants d’amour et des enfants-objets achetés comme on achète une marchandise

-les écoles maternelles seront rebaptisées (demande de S.Mazetier, maire PS du 12ème arrdt de Paris) (3)

Tout cela est terrifiant, mais ce n’est pas tout.

Mme Taubira, Ministre de la Justice annonce désormais: « dans nos valeurs, l’éducation vise à arracher les enfants aux déterminismes sociaux et religieux et d’en faire des citoyens libres » (4)

Concrètement, ce que vous apprenez à vos enfants dans le cadre de la famille et la façon dont vous les éduquez en tant que parents pourrait devenir poursuivable par la loi. De même que la religion n’aura plus sa place (un jour peut-être deviendra-t-elle illégale). Vous n’aurez plus aucun droit sur l’éducation de vos enfants.

Le totalitarisme funèbre refait violemment surface, confirmé par Le Ministre de l’Education Nationale, M.Peillon: « le gouvernement s’est engagé à s’appuyer sur la jeunesse pour changer les mentalités ».

Une révolution sans heurts (pour l’instant) se passe sous nos yeux, là, en direct sur la chaîne LCP (retransmission des débats de l’Assemblée Nationale (5)), allumée par le projet de loi du mariage homosexuel.

Le projet et ce qu’il implique aboutissent à la négation de libertés fondamentales, ce qui a même fait dire au député guadeloupéen de gauche Bruno Nestor Azérot dans l’hémicycle à propos de la nouvelle loi: « il y a à mon sens un risque de rupture du pacte républicain qui nous lie depuis deux siècles » (6)

Les religions sont vent debout. Mohammed Messaoui, président du Conseil du Culte Musulman (7), le cardinal André Vingt-Trois, 1er Evêque de France, le Grand Rabbin de France Gilles Bernheim (8), mais aussi les Eglises Orthodoxes et Protestantes sont fermement opposées à cette loi à tiroirs;

ainsi que les élus puisqu’un collectif rassemblant 19 000 élus s’est créé pour s’y opposer (9)!

Et la population: si besoin était de le rappeler, 1 million de français ont manifesté le 13 janvier dernier, proposant la plus grande manifestation de la Vème République.

Il faut comprendre que quelque chose de majeur se passe sous nos fenêtres.

Et c’est dire qu’il faut que vous vous renseigniez et preniez position.

Je reprends l’expression d’un collectif des Pyrénées Atlantiques que je trouve excellente pour vous inviter à un grand « Printemps des Consciences », à une vraie mobilisation, sereine mais convaincue.

Et nous devons être persuadés qu’il ne s’agît pas d’un débat entre modernistes et rétrogrades, entre égalitaristes et homophobes, entre gens de droite et gens de gauche, ces divisions sont un piège! C’est un sujet qui nous concerne tous, pour nous toucher dans nos vies et notre quotidien. Le mouvement d’opposition qui se lève est un mouvement français, des français pour eux-mêmes.

Il est grand temps de se réveiller.

Il n’y a que nous pour veiller à nos droits.

A très bientôt,

Un trentenaire du Pays basque. »

 

(1) http://actu.orange.fr/france/mariage-homo-le-oui-mais-du-conseil-d-etat-afp_1343676.html

(2) http://www.youtube.com/watch?v=zgGYalqI63c

(3) http://leplus.nouvelobs.com/contribution/773527-mazetier-veut-supprimer-ecole-maternelle-un-leger-probleme-de-priorites-politiques.html

(4) http://www.france-catholique.fr/Grand-orientalisme-de-la-Gardienne.html

(5) http://www.lcp.fr/lcp-en-direct/mariage-pour-tous

(6) http://www.youtube.com/watch?v=y44QIUL_Psc

(7) http://www.lecfcm.fr/wp-content/uploads/2012/11/projet-de-loi-mariage-pour-tous-cfcm-vf.pdf

(8) http://www.grandrabbindefrance.com/sites/default/files/ESSAI-HOMOPARENTALIT%C3%89-GILLES-BERNHEIM.pdf

(9) http://www.mairespourlenfance.fr/

10 février 2013

Le business des mères porteuses

Classé dans : le business "des mères porteuses" — leprintempsdesconsciences @ 20 h 48 min

Ne nous leurrons pas , cette loi du « pseudo mariage gay » va amener ineluctablement à deux bricolages procréatifs :

- les bébés éprouvettes pour les « paires » de lesbiennes

- les bébés achetés aux mères porteuses pour les « paires » d’homosexuels masculins.

En résumant clairement l’enjeu de façon directe , les « paires homosexuelles » étant stériles par nature, une petite minorité de militants acharnés et refusant cette évidence naturelle , ont demandé une loi pour en quelque sorte « pouvoir acheter  » des enfants sans être un jour puni par la loi.

Le gouvernement actuel et les députés sont aux ordres de cette ultra minorité et devant nous bricolent jour et nuit le mariage et la filiation pour satisfaire le fantasme procréatif de quelques uns.

C’est à se demander si ceux qui sont censés nous representer réfléchissent ou ont une conscience.

Donc , tous les citoyens français contribuables devront bientot rembourser ces enfants  »achetés » sous le prétexte de la non discrimination entre les couples naturels féconds et les « paires » stériles.

Sachant qu’un enfant né par mère porteuse coute environ 100 000 €, imaginez bien que ceci va plomber définitivement la sécu….

Et s’il y a vice de forme  dans le contrat ? ou tout simplement vice caché ? quid ?

Sachant que l’enfant né ainsi pourra à l’age adulte se retourner contre sa « paire de parents » et les attaquer en justice pour perte de chance et d’égalité face aux enfants nés de couples naturels qui ont bénéficié d’un père et d’une mère….etc….

1234
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus